SeniorLife
SeniorLife
SeniorLife
SeniorLife

Comment choisir une maison de repos ?

Comment choisir une maison de repos ?
  • Publié le 26/07/2016
  • Catégorie : nom de la catégorie
  • Tags : tag 1, tag 2, tag 3

Il est probable qu’un jour cette question se posera. Y apporter une réponse n’est pas chose aisée tant elle touche à des problématiques d’ordre financier qu’affectif. Il faudra donc se poser les bonnes questions et savoir précisément ce que l’on recherche.

Faut-il entrer dans une maison de repos alors que l’on dispose encore de son autonomie ou bien faut-il y avoir recours quand on atteint la limite de notre autonomie ? Dans un cas comme dans l’autre il faudra lister clairement vos critères de choix.

La maison de repos ou rester à domicile ?

La première question qu’il faudra se poser sera relative au choix de qualité de vie que l’on recherche. La priorité sera le maintien à son domicile, c’est clair. Mais ne serait-il pas préférable de s’orienter vers un établissement adapté si le senior nécessite des soins ou perd sa dépendance ? En effet, la cellule familiale n’est pas toujours adaptée à ce type de situation.

Le choix de la maison de repos n’exclut en rien de passer les week-ends ou les vacances dans sa famille. Il n’existe pas de règles absolues en la matière.

Il est essentiel de prendre le temps et de se préparer. On ne quitte pas son domicile comme on part en vacances. Entrer en maison de repos impliquera que l’on laissera derrière soi toutes ces petites choses qui ont construit une vie. Le départ sera parfois ressenti comme un déchirement. D’autant plus que si ce choix est posé par les enfants. Prenez le temps de la réflexion sans pression.

Le premier critère de choix sera l’évaluation de votre état de santé. Une personne de 80 ans ou plus qui dispose encore de toutes ses facultés mentales et physiques (outre quelques petits soucis de rhumatisme ou difficulté à se déplacer)  choisira de vivre en maison de repos car la solitude lui pèse ou qu’un état dépressif s’installe petit à petit.

Certaines maisons de repos sont dites évolutives. Cela signifie qu’elles offrent, sous un même toit, différentes structures qui sont adaptées au degré d’autonomie. Cela permettra de passer d’un studio indépendant à une structure plus médicalisée sans redouter un nouveau déménagement. Vieillir n’est pas une maladie mais impose quelques adaptations en étape.

L’inquiétude des seniors est naturelle.

Vais-je m’entendre avec les autres résidents ? Que va-t-on faire de ma maison ou appartement ? Que vont devenir mes meubles ? Que va devenir mon animal de compagnie ? Vais-je m’habituer à cette nouvelle vie ? Le personnel d’encadrement sera gentil avec moi ?

Ces questions sont cruciales et ne doivent pas être traitées à la légère. D’autant que la presse relate parfois certains cas de maltraitance à l’égard de pensionnaires.

Une fois le temps d’adaptation passé, une grande majorité reconnaisse une nette amélioration de leur qualité de vie. Certains retrouveront des connaissances, d’autres se lieront d’amitié avec leur voisins-résidents. Il est fréquent d’entendre que la maison de repos leur a permis de rajeunir.

Le choix de la localisation.

L’entré en maison de repos n’est pas synonyme d’emprisonnement. Il est important de pouvoir rester dans une localisation connue. Cela vous permettra de sortir dans des endroits connus, de rendre visite à votre entourage, d’aller dans votre épicerie ou supermarché dans lesquels vous avez vos habitudes. L’idéal est de choisir un établissement qui vous permet de garder les habitudes de « votre vie d’avant ».

La réputation de l’établissement sera aussi très importante. Renseignez-vous auprès de votre médecin ou assistante sociale. La formation et diplômes des dirigeants n’est pas un critère fondamentale. Diriger une maison de repos demande une forte implication et motivation de la part du personnel d’encadrement.

Le budget.

Ici encore le budget vous permettra de faire un choix réaliste. Il faut compter entre 1.500 à 5.000 euros selon le type de maison de repos, des prestations qui y sont offertes (médicalisées ou non), La différence entre le budget disponible et les prestations recherchées peut être parfois considérable. Une aide financière des enfants sera parfois requise.  Je vous conseille de vous renseigner auprès de votre mutuelle, ces dernières, selon certaines conditions, peuvent prendre en charges certaines prestations.