SeniorLife.be
SeniorLife.be
SeniorLife.be
SeniorLife.be

Les Seniors et leurs petits-enfants.

Les Seniors et leurs petits-enfants.
  • Publié le : 27-02-17
  • Catégorie :

Force est de reconnaître que la relation entre les grands-parents et les petits-enfants s’est amendée depuis l’après-guerre. En effet, la cellule familiale a explosé. D’antan, vivaient sous un même toit, 3 voire 4 générations. Ce fut le cas durant des siècles. Déjà dans l’Antiquité, nombres de récits attestent de ces liens familiaux sous un même toit.

Quelles sont les causes de ce changement ?

D’emblée, me vient à l’esprit, la période de l’industrialisation qui a forcé les jeunes à quitter leur campagne, et donc le cercle familial, pour trouver du travail en ville. Ensuite, le système de retraite mis en place par le législateur a voulu donner un revenu garanti (et donc une autonomie) à nos aînés. Ce qui est normal, comme tous, ils ont travaillé toute leur vie. Ils ont donc droit, de facto, à ce retour sur leur ‘travail’. Le système de cotisation a ainsi été instauré par un prélèvement sur le revenu brut du travailleur en vue de lui assurer un revenu garanti lorsque la limite d’âge au travail sera atteinte.

Qu’en est-il de nos jours ?

Les grands-parents retrouvent une ‘certaine jeunesse’ dans cette garde qui leur est confiée ou déléguée. De fait, parce que les parents travaillent à plein temps chacun. Les trajets entre l’habitat et le lieu de travail, les horaires décalés, le fait que les parents se séparent, les raisons sont multiples et propres à chaque famille. La garde de leurs petits-enfants ne saurait qu’être positive sur leur moral et physique.

Il y aura lieu de respecter certaines règles.

Au risque de choquer certains aînés, ce sont les parents qui ‘dictent les règles’. Que ce soit par rapport à l’alimentation, l’organisation du temps consacré aux études et aussi aux divertissements. Par ailleurs, les grands-parents seront de merveilleux vecteurs de socialisation mais aussi des confidents pour leurs petiots.

En aucun cas ils ne devront se substituer aux parents. Ils devront respecter la manière dont leurs propres enfants entendent éduquer leurs enfants. Des contrastes peuvent apparaitre (choc des générations). C’est normal, il y a toujours eu des conflits intergénérationnels. C’est comme cela depuis la nuit des temps…. J’entends encore ma grand-mère me dire : «  de mon temps,….. »

En revanche, les grands-parents pourront relativiser certaines situations. Ils ont un recul nécessaire qui pourrait énerver les parents. Je pense notamment au travail scolaire. Bons nombres d’enfants préfèrent faire leurs devoirs avec papy ou mamy. Les grands-parents seront certainement plus indulgents sinon patients que les parents. Il faut dire que les projections ne sont pas les mêmes, qu’il y a moins de résonnance. Et l’on voit souvent des grands-parents qui ont été des parents impatients ou peu disponibles, déployer des trésors de patience avec leurs petits-enfants. Je pense aussi aux Jeux de société, ou aux activités sportives.

Quel est l’apport pour les grands-parents dans cette éducation déléguée ?

Il n’est pas négligeable. Effectivement, les cellules familiales qui volent en éclat emportent les enfants dans un tourbillon de questionnements, de sécurité intérieure qui vacille. C’est dans ces moments précis de turbulence que les aînés apparaissent tels des socles et des repères. Le grand-parent sera alors un confident sinon une oreille (neutre). Les petits-enfants pourront trouver chez leurs aînés un soutien essentiel. Avec eux, le chagrin et la colère pourront s’exprimer sans risquer de blesser l’un ou l’autre parent et le réconfort obtenu permettra de supporter ces tensions, parfois inévitables.

Quel est l’apport du petit-enfant dans cette relation si particulière ?

Il est loin d’être négligeable aussi. De fait, ces liens indissolubles qui se créent permettent aux aînés de se projeter dans l’avenir par ce simple cadeau d’innocence qui leur est fait. Ces liens les font évoluer et les font réfléchir sur des comportements qui ne leur sont pas familiers. En effet, une remise en question s’opèrera à chaque étape du développement de l’enfant. La relation avec un petit-fils de 18 ans sera différente de celle d’une petite-fille de 11 ans.

On constate que la génération des 65- 70 ans est plus présente sur Instagram que les 55-65 ans. En effet, les réseaux sociaux sont des vecteurs de contacts. Grâce à ces derniers, les grands-parents et petits-enfants gardent un contact et donc une présence, rassurante pour l’aîné.

Alors, grands-parents, cultivez ce lien précieux,  préservez-le comme un trésor, et quelles que soient vos activités, essayez de dégager un peu de temps régulièrement pour tisser avec vos petits-enfants ces liens tendres et complices qui ne peuvent se construire autrement.

Je reviendrai dans un autre blog sur les responsabilités des grands-parents en cas d’accident physique ou matériel occasionné lors de leur garde. Mais aussi sur les problématique de conflit entre enfants et grands parent (garde), voyage à l’étranger.


Profitez de cet apport de vie que vous procurent vos petits-enfants. Chaque instant est précieux tel un cadeau de la vie !


A bientôt
 

Tags :

Les derniers professionnels